• Accueil
  • Actualités
  • De meilleurs usages de la chasse et du pastoralisme sur les sites naturels camarguais
Actualités

De meilleurs usages de la chasse et du pastoralisme sur les sites naturels camarguais

Publié le Mardi 4 décembre 2018

Le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM), situé dans le golfe de Fos, possède environ 1 000 hectares de zones humides tout autour de la zone industrialo portuaire de Fos-sur-Mer. D’ici 2020, le projet MediCyn vise à protéger cette biodiversité exceptionnelle en optimisant la gestion de l’eau et des milieux aquatiques tout en conciliant les usages pastoraux et de la chasse.

Medicyn
© Jean-Michel Bocognano GPMM

L’opération* du contrat de delta « Camargue » et du Plan de Gestion des espaces naturels du GPMM vise la restauration du fonctionnement des milieux, la conservation de la diversité des paysages, des habitats et des espèces.  Ainsi, les zones humides seront des transitions entre le milieu terrestre et le milieu aquatique très riches au plan écologique. En effet, la gestion de l’eau sur un calendrier hydrologique décalé par rapport au cycle naturel de l’eau pour satisfaire les usages traditionnels conduit à la dégradation des écosystèmes méditerranéens (banalisation de la faune et de la flore et eutrophisation des milieux).

Aussi, trois modes de gestion hydraulique seront testés sur les sites naturels « Le Grand Clos » et « le Relai » du réseau natura 2000 à travers notamment une mise en eau à différentes périodes de l’année. Un protocole de suivi scientifique mesurera les effets de la restauration et identifiera les modalités de gestion les plus adéquates.

Les résultats seront communiqués à tous les organismes et institutions concernés sous forme d’articles et de documents techniques publiés dans des revues scientifiques et de gestion. L’objectif est de concilier la restauration d’un fonctionnement sur un cycle plus naturel de ces zones humides avec les usages de la chasse et du pastoralisme.


*Cette action sera réalisée grâce au soutien financier de l’Union européenne à 50% via le Programme Opérationnel Interrégional Rhône Saône 2014-2020 et à l’appui de la Région Sud PACA et de l’Agence de l’Eau.