• Accueil
  • Actualités
  • LA COMMISSION EUROPÉENNE FAIT PART DE SON AMBITION POUR LA POLITIQUE INDUSTRIELLE DE L'EUROPE
Actualités

LA COMMISSION EUROPÉENNE FAIT PART DE SON AMBITION POUR LA POLITIQUE INDUSTRIELLE DE L'EUROPE

Publié le Vendredi 13 mars 2020

Présentée le 10 mars, la stratégie industrielle de la Commission, s’articule autour de trois éléments phares : le pacte vert, la numérisation et la révision du droit de la concurrence.

LA COMMISSION EUROPÉENNE FAIT PART DE SON AMBITION POUR LA POLITIQUE INDUSTRIELLE DE L'EUROPE
Crédit photo : © hellolapomme - Flickr CC

En présentant cette nouvelle stratégie, le Commissaire au Marché intérieur Thierry Breton a d’abord défini une durée et une échéance, à savoir 2050, la même qui a été fixée pour amener le continent européen à la neutralité climatique (cf. article « Loi climat » ci-dessous) : « Un cycle industriel, c'est vingt-cinq ans. Nous avons cinq ans pour mettre en place une nouvelle stratégie industrielle et vingt-cinq ans pour la faire évoluer. Ce qui nous amène à 2050. ».

Thierry Breton a par ailleurs rappelé que la Commission n'avait pas vocation à mettre en œuvre une politique industrielle à proprement parler, car jamais elle ne se substituera aux entreprises, mais bien à proposer une stratégie. « Notre rôle consiste à définir un cap clair, ferme, et à donner de la lisibilité à ceux qui vont la mettre en œuvre. Bien sûr, il y aura aussi de l'argent pour impulser. ».

La Commission européenne a ainsi défini trois domaines clés. D'abord, le Pacte vert qui devrait conduire les acteurs à revoir leurs processus de production. Ensuite le numérique, qui est déjà une réalité mais dont les opportunités ne sont pas encore suffisamment perçues, notamment le potentiel de développement des données d'entreprises. Enfin, la Commission souhaite lancer une mise à jour de son droit de la concurrence, qui devra s’opérer en lien avec Margrethe Vestager, Vice-Présidente de la Commission et Commissaire à la Concurrence. Il est également prévu de consolider les projets d'intérêts européens communs (IPCEI, selon l'acronyme anglais), notamment sur l’hydrogène ou l’internet des objets. Il a également été évoqué d'amplifier le plan d'action sur l'économie circulaire qui vise à favoriser la réutilisation des produits plutôt que le recyclage, avec notamment un volet consommateurs important (accès à la réparation, information à l'achat). Enfin, acteurs de premier plan dans le cadre de cette stratégie industrielle, les PME font l’objet d’une stratégie spécifique présentée le même jour. L’objectif est de les aider à exercer leurs activités au sein du marché unique et au-delà, à accéder aux financements et à jouer un rôle moteur dans la transition numérique et verte.