Actualités

L’AUTRICHE PREND LA PRÉSIDENCE DE L’UNION EUROPÉENNE

Publié le Mercredi 4 juillet 2018

Du 1er juillet au 31 décembre 2018, l’Autriche assure la présidence tournante du Conseil de l’Union Européenne et succède ainsi à la Bulgarie. Trois priorités ont été définies : les migrations, le numérique et la coopération avec les Balkans.

Autriche

Dans son programme de travail publié le 11 juin dernier, la sécurité et la lutte contre l’immigration illégale constituent un axe essentiel de la présidence autrichienne à venir. Dans un climat de fortes tensions entre les États européens au sujet de la réforme du système de Dublin, l’Autriche mise sur une protection accrue des frontières extérieures de l’Union Européenne (UE). Pour cela, un sommet réunissant les dirigeants européens sera organisé à Salzburg en septembre 2018.

Par ailleurs, s’inscrivant dans la devise « l’Europe qui protège », la présidence autrichienne souhaite travailler à la stabilité du voisinage européen, notamment dans la région des Balkans.

Enfin, l’accent sera mis sur le numérique, secteur considéré comme clé pour rendre l’Europe plus compétitive. Le chancelier autrichien Sébastien Kurz mène une coalition gouvernementale avec l’extrême droite, le parti FPÖ, depuis décembre 2017. Si cela avait attisé des inquiétudes au niveau européen, le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s’est montré rassurant suite à une rencontre et croit en une présidence autrichienne « pro-européenne ». En effet, les défis sont de taille : l’Europe connaît actuellement des tensions avec la Russie et les Etats-Unis, un État membre est en passe de sortir de l’UE et les négociations pour le prochain budget pluriannuel s’annoncent complexes.

En outre, en vue des élections européennes de mai 2019, la présidence autrichienne s’est engagée à boucler le plus grand nombre de propositions législatives dans les délais. L’agenda de la présidence autrichienne sera présenté lors de la plénière du Parlement européen le 3 juillet prochain à Strasbourg par le chancelier autrichien, Sébastien Kurz.