• Accueil
  • Actualités
  • REPOWEREU : LE PLAN EUROPÉEN EN FAVEUR DE LA SOUVERAINETÉ ÉNERGÉTIQUE DÉVOILÉ
Actualités

REPOWEREU : LE PLAN EUROPÉEN EN FAVEUR DE LA SOUVERAINETÉ ÉNERGÉTIQUE DÉVOILÉ

Publié le : Mercredi 25 mai 2022

Le 18 mai 2022, la Commission européenne a présenté le plan "REPowerEU" pour lutter contre la dépendance des Etats membres de l'Union européenne aux énergies fossiles russes. Les grandes lignes du plan avaient été dévoilées en mars dernier dans une communication de la Commission.

Crédit photo© Union européenne, 2021

REPowerEU vise à réduire rapidement la dépendance énergétique aux combustibles fossiles russes, tout en accélérant la transition verte de l’Europe. Le plan d’action est divisé en quatre objectifs : économiser l’énergie, diversifier les approvisionnements, remplacer les combustibles fossiles en accélérant la transition verte et mettre en œuvre le plan d’action aux échelons nationaux, européen et locaux. Pour répondre à ces objectifs, la Commission a décrit dans un document de travail l’ensemble des actions relatives à l’efficacité énergétique, à l’énergie solaire, aux alternatives au gaz, à l’électrification et au développement de l’hydrogène renouvelable, du biogaz et du biométhane, notamment dans les secteurs difficiles à décarboner. Ce plan d’action inclut à ce titre l’accélérateur d’hydrogène et de nouveaux partenariats pour l'hydrogène vert pour porter à 20 millions de tonnes la production et l’importation d’hydrogène renouvelable, augmenter la capacité de fabrication d’électrolyseurs et doubler le nombre de vallées de l’hydrogène dans l’UE d’ici à 2030.
Complétant l’initiative Fit for 55, cet ensemble de leviers devrait permettre à l’Union européenne d’économiser 35 milliards de m3 de gaz naturel supplémentaires d’ici à 2030. Des mesures de court terme sont également prévues pour faire face à la menace d’une rupture d’approvisionnement avant l’hiver prochain. La mise en œuvre complète de REPowerEU représentera 300 milliards d’euros d’ici à 2030. Ce plan d’action doit désormais être discuté avant son adoption par le Parlement européen et le Conseil.