Actualités

VÉHICULES PROPRES : LA COMMISSION VEUT MONTRER L’EXEMPLE

Publié le Mardi 14 novembre 2017

Dans la course aux véhicules électriques, l’Union européenne donne un coup d’accélérateur.

Véhicule propre

Dans le but d’accélérer la transformation du parc automobile européen la Commission prône de nouveaux objectifs en matière d’émissions de CO2, qui s’appliqueraient à l’horizon 2025/2030. Présentée le 8 novembre dans le cadre de l’Union de l’énergie, la proposition pour ambitieuse qu’elle soit (réduction de 30% des émissions d’ici à 2030, par rapport à 2021), se base sur des analyses et a été établie en concertation avec les parties prenantes du secteur, pour rester réaliste et conforter une place de leader à l’Union européenne.

La Commission propose ainsi un système incitatif à la mise sur le marché de véhicules propres à zéro ou à basse émission. Cependant aucun quota obligatoire n’est prévu pour les véhicules électriques. Dans les grandes lignes, l’Exécutif européen souhaite renforcer les contrôles sur les émissions, par le biais de compteurs de carburant, ne tolérant que 20% d’écart entre les « chiffres constructeurs » des essais en laboratoire, et les essais sur route.

Au-delà des nouvelles normes techniques, la proposition vise à favoriser l’option « véhicules propres » dans les marchés publics, à encourager le déploiement des infrastructures, à favoriser les transports combinés et à promouvoir l’utilisation du car pour les longues distances à travers le territoire européen. Les représentants des constructeurs (ACEA) ont accueilli la proposition plus favorablement que les Verts, qui souhaitaient une diminution des émissions d’au moins 40%. La proposition, prévue pour être révisable en 2024, va désormais être soumise aux colégislateurs. Elle fait partie du deuxième « paquet mobilité ».